émétophobie
Au cœur des émotions

Dans la peau d’un-e émétophobe

Qu’il peut être étrange d’avoir peur de vomir ! Et pourtant !

Reconnaissons le, qui n’a pas encore été dans cet état d’appréhension du vomissement dès son plus jeune âge ? Mais à la différence de tous, l’émétophobe, lui, perd toute notion de contrôle et développe des symptômes d’angoisse. Cette phobie de vomir que l’on appelle l’émétophobie est développée par des personnes anxieuses à la simple idée de vomir, d’avoir des nausées, de voir quelqu’un d’autre vomir ou à la vue du vomi ou d’une situation amenant à un état de vomissement.

Vous faites peut-être partie de ces personnes pour qui la simple vision d’un bébé faisant son rot est insupportable. Ne parlons pas de certaines scènes de cinéma qui peuvent faire ressurgir votre peur de vomir. Mais tâchons de trouver des solutions ensemble en essayant de se mettre dans la peau d’un émétophobe.

L’émétophobie de Clarisse : angoisses et symptômes

Le monde actuel est régi par beaucoup de motivation, de peurs et de doutes afin d’atteindre le pouvoir et le luxe! Le tout dans une apparence qui peut parfois lui faire défaut.

Dans ce mode de vie, il serait tenté de croire qu’il règne une vague de “phobies à la mode”. Il suffit de regarder le nombre de plaintes et de témoignages qui augmentent autour de nous.

Malheureusement, nous partageons tous une grosse tumeur qui nous empêche d’avancer: ce cancer de la société qui est l’angoisse permanente. Pour preuve, l’une des pandémies les plus importantes de l’histoire ne fait qu’exacerber cette angoisse chronique.

Comment avez-vous pris conscience de votre phobie de vomir ?

“C’est le fait d’être angoissée et d’être prise de panique qui m’en ont fait prendre conscience.”

Clarisse nous le dit elle même: “Cette société nous stresse trop et un rien nous impacte au point que nous perdons le contrôle. Nous finissons par développer des phobies et des angoisses que nous ne soupçonnons pas. Il arrive même que nous nous les créons nous-même à force d’avoir peur de tout en permanence. Dans mon cas, c’est la peur de vomir qui m’a eu; j’en avais jamais entendu parler pathologiquement avant de m’y être confrontée. Je ne pourrai donc pas pointer du doigt des causes directes ayant entraîné ma situation, car je n’en sais encore rien.” 

Comme l’a si bien souligné cette jeune femme, la peur de vomir peut être considérée comme un trouble anxieux. Les origines peuvent être multiples (émotionnelles et/ou sensorielles) et parfois enfouies dans l’inconscient.

Les causes de l’émétophobie

Rattaché à l’anxiété, trouver l’origine de cette peur peut être compliqué.

Cela peut être dû à un événement traumatisant comme la vision de quelqu’un qui vomit souvent (gastro-entérite, etc). Ou encore la contraction de certaines maladies faisant appel au psyché (boulimie, etc).

La vue d’une femme enceinte atteinte de nausée matinales ou bien une mère ayant eu énormément de mal à supporter ses nausées durant sa grossesse. Par exemple, cette dernière situation pourrait avoir inconsciemment transmis une peur panique à l’enfant. Mais cette phobie peut également provenir de situations uniques et chocs comme une agression sexuelle (ex: acte sexuel forcé).

En gros, toutes sortes de situations quotidiennes et naturelles pouvant entraîner un état anxieux mal géré. Par conséquent, pouvant implanter dans l’esprit, une raison valable d’avoir peur de vomir (ex: dérèglements hormonaux; intoxications alimentaires récurrentes, voir son petit frère faire son rôt, règles trop douloureuses, etc ).

La première crise en tant qu’émétophobe ?

“Je ne me souviens pas de ma première crise mais il me semble que ça devait être à mon école primaire vers mes 6-7 ans”.

L’émétophobie touche majoritairement les adolescents et les adultes, mais se manifeste de manière différente chez les malades. C’est pourquoi les premières crises peuvent se pointer à l’horizon beaucoup plus jeune sans pour autant en connaître les conséquences.

Il n’est pas rare d’oublier sa/ses première(s) crise(s). Il va de soi que nous avons déjà tous eu peur de vomir,  sans que cela entraîne une pathologie. Il n’y a qu’à observer autour de soi durant la période de fêtes. Il n’existe pas encore d’étude précise sur le pourcentage d’émétophobes dans le monde ou en Europe. Mais une chose est sûre, une peur de vomir se transformant en phobie de vomir n’est pas moins courante.

Avez-vous plus peur de vomir ou d’être vue en train de vomir ?

“J’ai clairement plus peur de vomir parce que je panique, puis mon cœur s’accélère et ça en devient une vraie crise d’angoisse jusqu’à ce que ça passe”.

Il semblerait que la personnalité de base de l’individu joue un grand rôle dans la réponse à cette question. Une personne de nature très confiante peut avoir des symptômes d’angoisse uniquement liés à l’acte en lui-même. Dans ce cas précis, l’environnement et le regard d’autrui n’ont pas d’incidence. Tandis qu’une personne ayant un manque de confiance en lui, rajoute à son angoisse de base, la peur du jugement. Vomir devant quelqu’un lui fait plus peur que l’acte en lui-même. On peut donc envisager que les prédispositions psychologiques et le facteur gêne/honte ont la place la plus impactante dans la façon de réagir.

Un traitement pour soigner votre émétophobie ?

“Je ne prends aucun traitement. J’essaye de manger le plus sainement possible pour ne pas avoir de nausées et je vois un psychologue avec qui j’en parle pour moins paniquer les fois suivantes”.

Cette maladie peut être un véritable calvaire au quotidien. Heureusement il existe des thérapies pour apprendre à vivre mieux avec cette peur.  Les thérapies dites comportementales et cognitives sont les plus efficaces. L’objectif étant de mettre la main sur l’élément déclencheur de cette peur de vomir avec l’aide d’un psychothérapeute.

Le partage de son expérience et la discussion avec des personnes émétophobes peuvent également aider dans le processus de guérison et la gestion quotidienne.

Certains émétophobes utilisent aussi des médicaments contre les nausées ou anti-vomitifs comme méthode préventive. L’hypnose peut également aider à déterminer la source du problème de cette phobie de vomir.

Finalement c’est à chacun d’essayer d’en trouver les causes personnelles par divers moyens.

Comment gérez-vous votre émétophobie au quotidien ?

“Comme tout le monde, des fois il faut prendre un peu sur soi mais en général tout se passe bien et les personnes de mon entourage connaissent ma phobie donc je la gère assez bien”. 

Une autre personne a ajouté: “À longueur de temps, notre mental nous échappe et on se retrouve à devoir adopter des comportements improbables et impromptus de façon à échapper au regard des autres pour mieux nous assumer. J’espère faire partie d’innombrables cas isolés, mais je ne connais personne de mon entourage ne souffrant pas d’une crainte ayant fini par prendre le dessus et se transformer en angoisse plus profonde”.

Attention à l’isolement !

Les émétophobes partagent un point commun et ce malgré une gestion différente de l’angoisse. Ils évitent certaines situations de contact social.

Les personnes avec des angoisses plus prononcées évitent même certaines sorties essentielles à la vie quotidienne; on parle alors de phobie sociale. Ils souhaitent éviter toutes situations pouvant présenter un risque, même très faible, de vomir ( ex: lieux comportant de fortes odeurs de nourriture). Ainsi, ils vont éviter les transports, la foule et de manger certains aliments (exemple: les fruits de mer, etc).

L’impact de l’émétophobie sur la famille

« Ma sœur jumelle n’a aucune répercussion sur ma phobie et inversement. Elle m’assiste beaucoup quand j’ai des crises en m’aidant à m’isoler ou juste de par sa présence qui me rassure car je suis comprise et jamais moquée”.

« Ma famille fait vraiment attention ! Et même quand j’ai un début de nausée et que je panique il y a toujours quelqu’un qui vient m’aider à pas stresser, mais des fois ce sujet sort de nul part ou quelqu’un raconte une blague et moi ça me dégoûte directement.”

La famille et l’entourage proche ne prennent malheureusement pas toujours l’émétophobie au sérieux. Ils ramènent souvent cela à un toc. Pourtant avoir le soutien de ses proches à un grand impact dans la gestion de cette phobie. Le choix de vos fréquentations doit donc la prendre en compte pour ne pas l’accentuer. Si votre famille connaît votre peur de vomir, elle est censée tout faire pour vous éviter des situations à risque. Dans le cas contraire, vous pourriez envisager de vous tourner vers un spécialiste. Il pourra vous aider à communiquer avec elle. Il vous conseillera pour mieux gérer vos symptômes d’angoisse devant votre entourage.

Y a t-il certaines difficultés à vivre une relation amoureuse lorsqu’on est émétophobe ?

“C’est compliqué lorsque la personne est malade type gastro mais au quotidien cela n’est pas gênant. Nous faisons attention à toutes les situations à risque pour moi.”

Si vous êtes émétophobe, vous vous êtes très certainement posé cette question : Est-il possible de vivre une relation amoureuse avec cette phobie ? La réponse est oui ! Il ne faut pas vous astreindre à une vie de célibataire. Amour et émétophobie sont compatibles. Parlez-en à votre moitié ou à la personne avec qui vous voulez construire une histoire et ce dès le départ pour vous soulager de ce poids. Si cela refroidit la personne alors elle n’est pas faite pour vous.

 

Il ne faut surtout pas dissimuler votre phobie à votre partenaire de peur de sa réaction. Ne cherchez plus d’excuses pour ne pas aller en soirée ou partager un restaurant à deux…communiquez ! Votre partenaire pourra alors vous aider à gérer vos crises d’angoisses.

Avez-vous des anecdotes sur votre émétophobie ?

“haha, oh que oui ! Il m’est déjà arrivé que ma meilleure amie ait un peu trop bu et que je sois comme par hasard la seule personne présente pour l’aider. Sur le moment c’était vraiment la panique mais après coup, on en a rigolé ( mais bien plus tard, lorsque NOUS nous en sommes remise lol)”

La peur de vomir ou l’émétophobie peut parfois mettre dans des situations aussi cocasses que désagréables. Très peu en parlent, mais il y a des lieux pouvant imposer ce trouble inopinément aux émétophobes. Notamment chez le dentiste ! Le contact avec des zones sensibles peut provoquer une peur de vomir de par des réflexes nauséeux (ex : empreinte dentaire ou acte chirurgical)

Prise de conscience et évolution

La panique et la sensation d’insécurité sont les plus gros symptômes d’angoisse ressenti avant la prise de conscience de ce trouble. Mais en réalité, une fois conscient de son mal être, il n’est pas si compliqué que ça de vivre avec. Comme nous l’avons vu précédemment, tout est une question de reprise de confiance en soi. Ne rien dire c’est prendre le risque de vous enfermer sur vous même. Ne coupez pas tout contact social car il peut être bénéfique pour surmonter votre phobie.

Parlez-en à votre entourage ou à un professionnel de santé. Un soutien psychologique peut vous aider à mettre en place des barrières au cercle vicieux que peut constituer cette phobie.

La meilleure chose à faire lorsque vous connaissez ou partagez la vie d’un émétophobe, c’est d’être à l’écoute. Soyez bienveillant et prêtez attention aux signaux du quotidien.  

Courage !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *